Archives Mensuelles: janvier 2013

Puerto Natales o ano nuevo en las montanas de la Patagonia chilena

Comme vous pouvez le constater, je suis un peu en retard sur le blog, mais mieux vaut tard que jamais… 😉

Quelques jours avant la fin de 2012, j’arrive à Puerto Natales, petite ville du Chili, encore et toujours un peu plus au sud.

IMG_2533

Je pense que « Google traduction » s’est un peu planté sur ce coup-là, mais c’est l’intention qui compte, non? 😉

Bon, cela fait un moment que je suis en Patagonie, mais là, je me rapproche vraiment de la fin du continent… C’est : http://wp.me/P2pOCx-1x

Puerto Natales est en grande partie fréquentée parce cette ville se trouve près de  « Torres del Paine », célèbres montagnes et très célèbre trek chilien.

Cependant, même s’il est vrai que ces montagnes sont très belles, je pense que Puerto Natales en soi ne doit pas être oubliée… Une petite promenade en ville et voilà le paysage…

IMG_2384 IMG_2391 IMG_2393 IMG_2395 IMG_2399 IMG_2402

Du coup, contrairement à la plupart des voyageurs, je suis restée quelques jours là-bas avant de partir dans la montagne.

Le 31 décembre au matin, nous prenons donc le bus pour aller profiter du début de la nouvelle année à Torres del Paine.

En route pour TORRES DEL PAINE!

A mon retour du parc, j’avais décidé que ma prochaine étape serait Ushuaia, el fin del mundo. Je me présente donc mains dans les poches et les cheveux au vent à la compagnie de bus pour acheter mon billet afin de rejoindre Ushuaia le lendemain.

Ou pas….

Tous les bus sont pleins, le prochain est dans 3 jours… Ah, c’est vrai, j’avais de nouveau oublié que le transport en Patagonie c’était pas si simple et qu’on était plein de petits gringos à vouloir aller voir le bout du monde.

Contre mauvaise fortune bon coeur, histoire de profiter du temps et des gens à Puerto Natales, je décide de me mettre à la recherche d’un couch… de couhsurfing, bien sûr! Et grand bien m’en a pris parce que je suis tombée dans la couchsurfing family et c’était très drôle…

El Calafate

Quand vous êtes à El Chalten, le passage obligé est El Calafate. Il s’agit d’une ville argentine à 3h de bus de El Chalten, qui n’a rien de spécial, si ce n’est que pas très loin d’El Calafate il y a des glaciers, dont le très célèbre Perito Moreno.

Avec tous mes amis touristes, nous débarquons donc à El Calafate, histoire d’aller voir toute cette glace. La visite du géant de glace étant prévue pour le lendemain, il y avait encore toute l’après-midi pour découvrir… Nous, nous avons choisi d’aller à la réserve naturelle des oiseaux.

Bon, en terme d’oiseaux, on a pas vu grand chose. Mais comme j’ai bien aimé cet endroit, que c’était beau et presque sans touristes, je vous offre quand même quelques photos, avant de partir vers le glacier…

IMG_2253 IMG_2258 IMG_2266

Et il y avait même des flamands roses… Je ne pouvais pas ne pas vous en donner… ça faisait si longtemps!

IMG_2267 IMG_2272 IMG_2274

IMG_2261

Et maintenant, en route pour le Perito Moreno!!

Pour découvrir l’Argentine avec Unmonde : http://www.unmondeargentine.com/

Back to Argentina…Objectivo: Navidad a « El Chalten »

Futaleufu, c’était complètement fou, mais quitter Futaleufu, c’était pas triste non plus…

En effet, à partir de cette latitude, on entre vraiment dans la Patagonie, et cela signifie que cela devient plus compliqué de se déplacer…

Je m’étais donnée comme prochaine destination « El Chalten », petit bled en Argentine, proche de cette belle montagne qu’est le Fitz Roy.

Il y a 2 moyens de descendre vers le sud depuis Futa:

– soit au Chili par la carretera austral (prolongement de la panaméricaine) et ensuite traverser la frontière à Villa O’Higgins (prendre un bateau+une journée de marche) pour rejoindre El Chalten,

– soit en Argentine, en traversant la frontière depuis Futa pour rejoindre Esquel et prendre le bus qui va directement jusque El Chalten.

Cette seconde solution, bien qu’ennuyeuse (25h de bus) me tentait bien parce que rapide et directe.

Cependant, tout le monde s’est ligué contre mon projet en m’affirmant que la carretera autral, c’était tellement beau que j’allais en pleurer et que c’était une sorte de sacrilège de ne pas y aller.

Comme j’écoute toujours les conseils (parfois quand même je devrais pas…) et que je ne voulais pas louper la plus belle carretera de ma vie, ben, j’y suis allée…. sur cette fameuse carretera austral….

J’ai donc pris le bus de Futa jusque Villa Santa Lucia. Villa Santa Lucia, c’est un bled de 20 maisons, comptant un café. Nous sommes arrivés à 8h du matin avec une pluie diluvienne et un froid polaire…. et le café fermé pour cause de vacances de Noel. Trois heures de congélation plus tard, est arrivé le bus pour Cohayque qui allait rouler enfin sur cette sainte terre australe.

Aujourd’hui, je vous dis que c’est certainement joli la carretera austral, mais je n’en ai toujours aucune idée… Parce que vous pouvez rester 10 heures dans un bus, s’il pleut très fort et que toutes les vitres sont embuées, en définitive, vous ne voyez toujours pas grand chose :-(.

Arrivée à Cohayque, prête pour prendre le bus suivant le lendemain et continuer mon chemin cahotique (dans tous les sens du terme), on m’explique que les connections entre les bus et le bateau étant tellement bien faites, je n’arriverai pas avant 5 jours à El Chalten, ce qui signifie 2 jours après Noel…. Ah non!!!

Bon, alors, il a fallut traverser la frontière à cet endroit là, signifiant de prendre un bus et puis un bateau jusque Chile Chico, et de là le jour suivant prendre un bus jusque Los Antiguos, et de là, le jour suivant prendre enfin ce bus direct qui va jusque El Chalten (le bus même qui est parti de Esquel… oui, oui je sais….).

C’est ainsi que 3 jours et plein de bus plus tard, je suis arrivée à El Chalten… 2 jours avant Noel!!! Mission accomplie!

EL Chalten, c’est mignon et c’est « grand » comme cela:

IMG_2243

Il s’agit du plus récent village argentin, créé en 1985. C’est aussi certainement un des plus petits…

Ce village, qui se donne le nom de capitale du trekking argentin, existe par et pour la montagne, et par le tourisme! Heureusement, même si c’est très touristique, le village a su garder un aspect relativement « authentique ».

Il y a pas mal de treks à faire par là-bas, mais à cette saison, attendez vous à partager le sentier avec BEAUCOUP d’autres bottines de marche….

Et comme ce village a été créé pour les montagnes environnantes, il a été come « planté » au milieu du décor. La route pour le rejoindre est une looooongue ligne droite, et à perte de vue, vous voyez cela:

IMG_2245 IMG_2246

Enfin, moi ça me plaît aussi ces plaines infinies…

Histoire de changer de décor, vous pouvez vous approcher des montagnes, dont le Fitz Roy. Et la meilleure manière de s’en approcher, c’est d’aller à « la laguna de los 3 ».

J’ai bien aimé la laguna, et je vous invite à me suivre par ICI, AQUI, HERE.

Futaleufu, c’est complètement fou!!

Revenons un peu en arrière… Avant avant le nouvel an, Noël, le glacier Perito Moreno ou El Fitz Roy a El Chalten.

Avant tout cela, à mon départ de Bariloche, j’ai voulu aller faire un peu de rafting. Ben oui, j’avais un très bon souvenir du rafting cusquénien, et le rio Futaleufu est connu pour être un des meilleurs rios du monde pour le rafting.

Pleine d’espoir donc, mon sac sur le dos, je pars pour une journée de voyage, sous la pluie, pour retraverser la frontière et retourner au Chili voir cette belle rivière.

Trois bus et une frontière traversée plus tard, j’arrive à Futaleufu, village de 2000 habitants, à 12 km de la frontière argentine. Por supuesto, comme comité d’accueil, ben il y a la pluie….

Un pote argentin m’ayant parlé d’un camping très sympa , je pars donc planter ma tente par là-bas… Et c’est là que je rencontre un petit groupe d’argentins et de chiliens vivant à Futaleufu, qui me proposent de partager la pizza au coin du feu, histoire d’oublier toute cette pluie…

Chouette soirée en compagnie de Cynthia , Augustin et Betina (argentins travaillant au camping), Raul et Ervin (chiliens vivant à Futaleufu), Ana et Fede (argentins en vacances), ainsi qu’un petit groupe d’israéliens de passage.

Tout ça, c’est bien, mais le rafting, sinon, c’est pour quand??? Réponse: « Gringita, con la lluvia, el rio se puso demaaaaaasiaaaado grande… asi que es demaaaasiaaaado peligroso, y ahora, no se puede hacer rafting » :-(. ( trop de pluie, pas de rafting 😦 ).

« Mais je vais faire quoi alors dans ce bled sous la pluie? ». Ervin, moitié agriculteur, moitié guide de la région, nous propose de venir chez lui le lendemain, al campo, pour découvrir comment c’est beau par là.

EL CAMPO

On prend donc le colectivo, et ensuite le bateau (on a de la chance parce que des bateaux, il y en a seulement 2/semaine) pour arriver à la maison d’Ervin.

IMG_1968

On est contents, il y a même plus la pluie ce jour-là!

Et la maison d’Ervin, c’est quelque chose!! Une vraie maison antique, typique de la campagne chilienne patagonienne! Ervin nous invite à déjeuner et nous réchauffer autour du feu. Top!

IMG_1981

Tout le monde est super contents d’être là et de découvrir la maison et comment on vit sans le chauffage central, l’eau chaude, le gaz et tout et tout.

IMG_1985

La chica, à la vaisselle! 😉

Ensuite, on part balader sur les terres d’Ervin, qui nous conte tout sur la faune et la flore du coin, parce qu’il en connait un rayon là-dessus! Bon, perso, je me souviens par très bien de tout..vous savez, mes connaissances des plantes… :-(. J’avais un peu honte quand il m’a demandé comment étaient les forêts dans mon pays et que je n’ai pu lui répondre que « avec plein d’arbres » :-(.

IMG_1986

Des chutes d’eau

IMG_1989

Et des arbres géants! Vraiment, il est grand, cet arbre géant!

IMG_1991

IMG_1994

IMG_2000

« Un cemeterio de arboles! ». Enfin, moi j’appelle cela comme cela… Il s’agit d’une partie des terres sur lesquelles les fermiers coupent tous les arbres afin de pouvoir en faire un lieu pour mettre les animaux. Mais c’est tellement triste tous ces petits arbres morts! 😦

On a pas le temps d’aller jusqu’au « village » suivant, puisqu’il faut surtout pas louper le bateau de retour… Ben oui, parce que le prochain bateau est dans 3 jours et il n’y a pas de route pour aller du « village » à Futaleufu. C’est 8h de marche ou 5h de cheval…. Ah non, le cheval, j’ai donné, merci!

321132_405914589485432_1626265201_n

Retour à Futaleufu pour aller dîner tous ensemble chez Raul! Coooolllll!

« – Et sinon, le rafting?

– Toujours pas, gringita! Trop dangereux!

– Snif! »

LA MINGA

Mais c’est pas grave, Ervin nous apprend qu’il va y avoir dans le village una minga.

– Et c’est quoi ça?

– On déplace une maison!

– Ah, vous déménagez la maison!

– Non, on déplace la maison!

– Ah carrément…

Oui, c’est comme cela le Chili, quand on a envie de changer la vue du salon, on bouge la maison!

En fait, l’explication est la suivante. Il était une fois 2 amis qui avaient chacun une maison. Lorsque l’un des 2 a fait construire une nouvelle maison, il a donné à son pote son ancienne maison. Ladite maison se trouvant sur le terrain de l’ancien propriétaire, le nouveau propriétaire a préféré la déplacer sur son propre terrain. C’est logique…

Ainsi que le samedi matin, une grande partie du village s’est retrouvée en face de la maison pour la regarder se déplacer jusqu’à son nouvel emplacement.

Comme cela:

IMG_2002

IMG_2038

IMG_2053

On peut aussi se mettre dans la maison… ça fait effet tremblement de terre!

IMG_2055

IMG_2047

IMG_2066

La maison est presque arrivée à destination

IMG_2101

Tout le monde pose heureux devant le nouvel emplacement de la maison. La maison est arrivée entière… asado time!

Pour fêter cela, il y a un asado (sorte de barbecue) qui se prépare dans la maison de l’un des voisins. Parait-il que c’est le meilleur faiseur d’asado du village.

Pour mon premier asado, je suis gâtée!

IMG_2056

IMG_2120

L’asado se prépare

IMG_2129

Le bonheur partagé par tout le monde de voir la maison arrivée à bon port, ajouté au fait que tous les amis soient réunis autour d’un très bon asado arrosé de cervezas et de vino crée un moment unique pour tous les convives présents. Chacun fait un discours et tout le monde est heureux d’être là.

 J’ajoute quand même que plus ils boivent, moins je les comprends…

IMG_2057

Je fais une petite parenthèse autour de cette chose merveilleuse que toutes les maison ont ici: cette sorte de cuisinière géniale. C’est extraordinaire parce que cela sert de cuisinière, chauffage, chauffe-eau et sèche linge….le tout avec quelques bûches! C’est le point central de la maison, avec de petites banquettes autour histoire de se poser autour du feu. Moi, j’ADORE!! Je veux la même à la maison!

– Bon et sinon, le rafting?

– Ben toujours pas gringita….

EL RAFTING

Cela faisait 4 jours que j’étais à Futaleufu, commençant à connaître une partie de la population, ayant été invitée à dîner dans diverses  maisons. Et comme dans tous les villages les habitants discutent entre eux, je me suis rendue compte qu’ils tenaient cette conversation:

– J’avais une gringita de Belgique à la maison hier

– Ah oui, tiens, on a dîné avec elle avant hier.

Je me plaisais bien dans ce village sympathique, mais le rafting ne pouvant avoir lieu, la pluie ne s’arrêtant pas et le prochain bus pour partir étant le dimanche, tout me poussait à partir ce fameux dimanche.

J’avais donc mon billet de bus en poche quand mon téléphone a sonné. Les guides de rafting (potes de pote du Pérou) me faisaient savoir que si je le voulais, il y avait du rafting le lendemain. Bon, toujours pas sur le rio Futaleufu, toujours trop dangereux, mais son petit frère. Que faire? Si je ne prends pas le bus du dimanche, le prochain est mercredi…. Bon, allez, je reste!

C’est ainsi que je suis allée faire 2 heures de rafting sur le rio Azul. Je n’ai pas de photos à vous montrer parce que semble t il que les chiliens du rafting ne soient pas aussi bien organisés en matière de photos que les péruviens. Mais croyez-moi, avec beaucoup de pluie, les petits ruisseaux font les grandes rivières!!

Et comme les gens sont adorables, ils m’ont prêté une maison pour tout le temps que je voulais rester. Et le plus drôle, c’est que quand j’ai demandé la clef de la maison… il n’y en avait pas! Les gens ne ferment pas les portes des maisons à Futaleufu… !!!! Dites-moi où vous avez déjà rencontré cela parce que moi, je trouve cela merveilleux!!

Le lundi, nous sommes allés promener aux alentours de Futa…

IMG_2139

IMG_2140

IMG_2137

Un kayakiste péruvien qui a marché dans la rivière… moi je trouve ça drôle 😉

Le mercredi, le bus est arrivé et je suis quand même montée dedans. Tengo que seguir con el viaje…. Mais l’expérience futaleufienne restera en mémoire pour longtemps! Si vous passez par là, arrêtez-vous!

Je ne sais pas si j’ai bien réussi à vous transmettre la magie de cette semaine passée dans ce tout petit village, mais j’espère que je vous ai un peu donné l’envie d’aller là-bas.

Muchas gracias a todos por todo! Me encanta Futaleufu!!!