The Quilotoa loop

Alors voilà, je voulais faire un trek de 3 jours, qui s’appelle la boucle de Quilotoa. Départ en bus de Latacunga, jusque Sigchos. Randonnée jusque Isinlivi (première journée) . Le lendemain, départ de Isinlivi jusque Chucchilan (deuxième journée). Troisième et dernier journée: Chucchilan jusque Quilotoa, le clou du spectacle étant la laguna de Quilotoa. Pour voir la carte, c’est ici.

Jason, un australien rencontré à mon auberge, voulait faire la même chose. Nous sommes donc partis de concert vers Sigchos, le mrecredi 11 juillet.

Sur le chemin entre Sigchos et Isinlivi:

Comment c’est beau!!

Il fait beau, il fait chaud, 3heures de marche, sans se perdre, bref, c’est le bonheur!

Arrivée dans l’après midi à Sigchos. Petite pause au Mirador…où je me suis faite voler une bouteille d’eau (tant que ce n’est que cela…).

Et voilà le pueblo de Sigchos:

Là, on a dormi dans une très chouette petite auberge, el hostal de la familia Ota-Ona.

C’est donc frais et dispos que nous entamons le 2ème jour, vers Chicchulan. Quatre heures de marche normalement, six heures pour nous, pour cause… nous nous sommes perdus….! A notre décharge, bien que ce trek soit continuellement emprunté par des touristes, il n’y a aucune indication nulle part!!

Vous voyez ces merveilleux sentiers balisés en France ou en Belgique, que vous râlez quand il manque 2 marques et que cela vous a fait prendrele mauvais chemin pendant 20 minutes (si, si, vous râlez à ce moment, je le sais bien!)…eh bien là, c’est comme cela, toute la journée, puisqu’il n’y a AUCUNE indication. Bon, quand vous trouvez une maison ou vous rencontrez qulqu’un, les gens sont adorables, ils vous indiquent le chemin.

Cependant,

1. encore faut- il trouver quelqu’un avant que vous n’ayez fait les 400 m de dénivelé (cela n’a pas été notre cas).

2. le problème réside dans le fait que quand vous demandez votre chemin aux gens, au lieu de vous envoyer vers le joli chemin pittoresque qui serpente dans la montagne, ils vous envoient….vers la route empruntée par les voitures…. Carrément moins drôle!

Bref, voilà le duo belgo-australien perdu dans la montagne. Nous avons traversé des ruisseaux, escaladé des barrières, traversé un champ de taurreaux, grimpé la montagne et nous sommes arrivés à ce moment là:

Comprenez : Jason revient de son exploration dans la montagne afin de voir quel chemin il convient de pendre, puisque nous sentions bien que nous étions perdus…. Et puis moi, je garde les sacs et je fais les photos…. C’est juste, non?!?

Nous avons continué à travers prairies, jusqu’à déboucher…. sur une rivière!

Et là, nous voyons une silhouette au loin, à qui nous essayons de demander le chemin par-dessus le bruit de la rivivière. La silhouette dévale la colline vers nous, genre le générique de la petite maison dans la prairie (mais sans chuter, elle…).

La silhouette est en fait une petite fille qui nous indique le chemin et surtout nous propose de nous aider à traverser à rivière en nous donnant la main et portant nos sacs. Un peu honteux au début, on refuse… on regarde la tête du pont et la rivière…. et on accepte!!

Cela ne vous fait penser à rien?! Cette mythique scène dans Tintin au Tibet ou Milou regarde le capitaine Haddock traverser le même pont en se demandant « Tombera, tombera pas? »

En tous cas, vu comment elle courrait sur le pont, la petite, tombera pas!!

Tout cela, pour finalement rencontrer quelques centaines de mètres plus loin, cela:

                                                         Ou même cela:

Evolution de la technologie oblige….Mais le premier pont était quand même très comique!

Rencontres sur le chemin:

La maman parlait de penser à nettoyer les joues de la petite…. Qu’en pensez-vous?

 

Rencontre d’un autre type (du troisième?):

Nous avons fini par arriver à Chicchulan entiers….

Troisème et dernière journée, en route vers Quilotoa, plus précisément vers sa lagune!

Bien qu’ayant une carte cette fois (et quelle carte!), nous avons quand même demandé notre chemin aux habitants…. grave erreur! Nous nous sommes retrouvés sur la route empruntée par les voitures et au milieu de travaux de construction de la route…

Et plusieurs kilomètres plus loin, la vue tant attendue:

Petite précision sans quoi cela serait moins drôle; en Chine, je me fais attaquer par les singes, ici, ce sont les chiens…. Si vous n’aimez pas les chiens, évitez de passez par ici, car c’est une sorte de fléau sur les chemins de montagnes… Ils vous coursent dès qu’ils vous voient…. Demandez aux cyclistes ce qu’ils en pensent!

Avis à toute personne aimant baliser les chemins… il y a du boulot par ici! 😉

Publicités
  1. geniales tes photos !! on a l’impression d’y etre , mais malheureusement ce n’est qu’une impression ! bises – Gilles

  1. Pingback: The Quilotoa loop…ou comment on s’est perdus dans la montagne! « Des montagnes et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :