Le canyon de Cotahuasi

Autour d’un ptit dej de l’hostal, j’ai rencontré Sergio, un americano-mexicain qui voyage pendant 2 ans en amérique du sud et Shaun, un australien qui voyage depuis 2 ans autour du monde. (En comparaison, mes 11 mois me semblent bien peu 😉 ).

Well, nous échafaudons donc le plan d’aller tous les 3 voir Cotahuasi, qui nous parait bien plus mystérieuse que Colca, sans guide, of course!. Ayant depuis Huaraz fait l’acquisition d’une jolie petite tente (un peu lourde ma foi) et ne sachant pas trop à quoi nous attendre (remember la réserve de Calipuy: pas de touriste=très difficile de trouver des infos), nous décidons d’embarquer tout le matos pour pouvoir camper.

Mon sac d’une 15aine de kilos sur le dos (c’est lourd au bout d’un moment quand même), me voilà partie avec mes compagnons de route vers Cotahuasi (ville éponyme) dans un merveilleux bus pour un merveilleux trajet de 12 heures. Ben oui, Cotahuasi, c’est carrément plus loin que Colca (d’où peut être l’absence de touristes) et puis les bus, ils sont…. parfaits…. tout comme les horaires. Nous débarquons donc à 4h du matin à Cotahuasi, frais comme des gardons. Faudra un jour m’expliquer comment les horaires de bus sont déterminés, parce que vraiment, ça m’échappe!!

Après une journée de ballade dans les environs et passage aux « banos termales » (mmmm, l’eau CHAUDE!), nous partons pour le trek proprement dit.

Le bus de 6h du matin (le seul) nous emmène vers la catarata de sipia (chutes d’eau), d’où commence la longue marche dans le canyon.

Au bout de 5 minutes, je me fais mal à la cheville, bien joué… Bref, nous continuons…

La catarata de Sipia

Et commence ensuite la longue marche dans le désert… Le froid de Huayhuash étant encore présent dans mes petits os, j’avais emmené gants, bonnets, softshell… Bon, cette fois c’était plutôt le pays de la soif en matière de météo!

On est tombés sur toute une famille!!!

 

 

 

 

Dans ma vie, il y a des cactus…

 

Comme vous pouvez le voir, c’est assez désertique comme paysage… J’avais jamais vu autant de cactus et des cactus aussi grands de ma vie.

Au bout de 6 heures de marche, sentant bien le poids du sac sur les épaules (merci les gars pour le coup de main sur la fin!), nous arrivons enfin dans un bled nommé Velinga. On nous avait dit qu’il n’y avait rien dans ce bled. Ce qui était assez vrai, hormis le fait qu’il y avait une auberge!! Pas question après s’être trimballés la tente pendant 6h de ne pas l’utiliser!!

Nous avons donc campé dans une sorte d’abri qui nous a été indiqué par un villageois.

Le lendemain, nous sommes sensés rejoindre Quechualla. Quechualla est décrite dans les quelques infos que nous avons trouvées comme une sorte de paradis sur terre (un village dans lequel vous pouvez trouver des truites, des crevettes (vous imaginez ma tête!!), des fruits merveilleux, du vin,….). Bref, très alléchés à cette idée, nous nous acheminons sous le soleil de plomb vers ce petit paradis.

Sur le chemin du paradis…

 

 

 

 

 

 

Trois heures de marche plus tard, lorsque nous arrions enfin en vue du village, nous demandons s’il y a bien une auberge ou un restaurant. La réponse : « si, hay un pension ». Ce qu’on a oublié de nous dire, c’est que le propriétaire de la pension est mort…. Après un tour du village, nous comprenons qu’en matière de pension, d’auberge ou de resto, on peut se brosser. En matière d’épicerie aussi en fait, parce que quand elle ouvre enfin, on n’y trouve que coca cola, eau gazeuse ou … vin! Ah quand même! Mais bon, reste la question de manger puisque nous n’avions pas prévu de nourriture, nous attendant à des bancs de truites dans nos assiettes.

 

Bref, on a mangé chez des villageois, au milieu des chiens, des cochons d’Inde (toute une famille il y avait) et des oiseaux. C’était pas très bon pour être honnête, mais c’était très comique!

Et puis pour terminer cette journée de surprises, en cherchant un autre lieu qui nous avait été indiqué pour manger le soir, j’ai rencontré un de mes amis chiens, qui bien évidemment a estimé que mon bras était appetissant…. On me demandera encore pourquoi les chiens de ce continent m’effraient!

Le lendemain, il nous fallait retourner à Velinga pour choper le bus de 9h. C’est donc avec un mal de bras et de cheville que j’ai fait le chemin inverse au pas de course pour ne pas louper le bus (sinon 24h d’attente de nouveau).

L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt…Je sais pas mais en tous cas, à 6h du matin, c’était super beau!

 

 

 

 

 

 

 

Ensuite, re- 12h de bus dans l’autre sens pour rentrer à la maison. Pour terminer cette petite expédition, quand nous sommes arrivés à 4h du matin à l’hostal (re la question du mec qui fait les horaires de bus), ben il n’y avait pas de place… Donc on a recampé! 😉

Depuis quelques jours, je fais donc du hammac et du canapé histoire de soigner ma cheville. T’inquiète maman, c’est pas très grave.  Et puis après-demain, direction Cusco pour le fameux Machu Picchu. Peut-être cette fois je prendrai une agence…. ou pas… à voir! 😉

Publicités
  1. Coucou Cath,
    un petit mot pour te dire qu’on te suis dans tes kilomètres de marche…
    J’en suis fatigué rien qu’à les lire…
    De beaux endroits et de belles personnes.. mais pas de beaux chiens alors?? 😉
    Revient avec tous tes membres quand même…..
    Bises bretonnes,
    Billy

  2. c’est effectivement magnifique! mais fais bien attention à ta petite cheville, et aux chiens qui semblent aimer ton bras pour une raison qui m’échappe parce qu’on ne peut pas dire qu’il y ait bcp à manger!
    bisous ma catou

  3. Bon voyage Catherine! Tre bien!
    Estoy en Santos, se viene cerca Sao Paulo me habla por email
    bisou

    • Holà Claro que si! Fui piensando hoy que Brésil va estar muy bueno, que puedo hacer un poco mas de surf contigo y ir al restaurante de Fernando:-). En febrero nos vemos y vamos a hacer la fiesta por mi compleanos! Hasta febrero, take care Besos Cath

  1. Pingback: 12 canyons aussi somptueux que vertigineux qui révèlent toute la beauté de la nature | Daily Geek Show

  2. Pingback: Le Canyon de Cotahuasi ou le plus profond canyon au monde! « Des montagnes et des Hommes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :